Archives du mot-clé cuisine

Nouveau: Repas-atelier en cuisine vivante ce samedi

Une formule originale : VENEZ DÉGUSTER UN SUCCULENT REPAS COMPLET EN ALIMENTATION VIVANTE TOUT EN APPRENANT LES RECETTES! Ce samedi 14 mai 2016!

RepasAtelier-Mai2016-145-ca
40 $ par personne pour le repas-atelier, recettes incluses. Inscription et paiement d’avance – places limitées (maximum de 12) S’inscrire auprès de Marie-Claude Bénazet, tel 819 661-7029

L’alimentation vivante permet de conserver la pleine valeur nutritive et richesse en vitamines, enzymes, minéraux et oligo-éléments des aliments – Pour des plats savoureux, digestes et énergisants!

Publicités

Aïe-aïe-aïe : Tarte aux trois étages de la Belle Verte!

Attention les ami-e-s, zone dangereuse, ne pas s’aventurer seul…

En fait, la tarte aux trois étages de la Belle Verte est un dessert qui a sans doute été conçu pour être partagé, …tant celui-ci est indescriptiblement mmmmh, et que ce serait un péché que de la garder juste pour soi!

tarte-3-etages1

Et c’est ce que nous avons fait, nous avons distribué des fourchettes à quelques personnes dans le restaurant de la Belle Verte, les invitant à nous donner leur appréciation.

Une cliente de longue date n’a pu s’empêcher de s’exclamer, les yeux ronds : Wow, …et encore wow!

Un homme, plus pragmatique : C’est réussi, assez exceptionnel même!

Une autre cliente : Une explosion de saveurs …du plaisir à l’état pur!

Et nous ne pouvons que leur donner raison, le genre de douceur que les amateurs de sucré dégusteront voluptueusement, à petites bouchées, ou encore qui se consomme à deux, en amoureux.

Même partagée en quatre, la pointe de tarte crue aux trois étages laisse une impression durable et ne se fera pas oublier de sitôt. Difficile de concevoir qu’il soit possible d’élaborer un dessert aussi raffiné sans passer par des étapes de cuisson, et pourtant le défi a été relevé haut la main.

Une visite détaillée s’impose :

Au rez-de-chaussée, une fine croûte aux amandes et noix de coco vous accueille les bras ouverts.

Montée au premier étage : une préparation « fromagée » faite à partir de noix d’acajou sur saveur de citron et de noix de coco vous emporte immanquablement…

…à l’étage suivant : Crème de noix d’acajou onctueuse à la framboise

Cela ne s’arrête pas là, l’ascension continue, troisième étage : ganache au chocolat cru (cacao cru, beurre de coco et sirop d’érable), le tout recouvert d’un coulis de framboise.

tarte-3-etages

Aïe-aïe-aïe les ami-e-s, un petit avant-goût du 7ème ciel, pour toutes celles et ceux qui ont de la difficulté à combattre la morosité de l’hiver et qui n’ont pas de quoi se payer un voyage aux îles tropicales!

Avertissement : qu’on ne s’y trompe pas, ce dessert a beau être « santé », étant assemblé avec des ingrédients de première qualité, sans gras saturés, sans produits animaux ni sucres raffinés, il n’a rien à envier aux desserts classiques : c’est très sucré au goût! (Les hypoglycémiques et diabétiques feront mieux de s’abstenir.)

Aimez-vous lire les menus?

Les menus de gastronomie pourraient pratiquement être considérés comme un genre littéraire en soi, une forme de poésie culinaire aussi évocatrice que d’autres formes de littérature! C’est du moins l’avis de bien des gourmets qui font durer le plaisir de la lecture et relecture du menu qui s’offre à leurs yeux.

Nous inaugurons à cet effet une nouvelle rubrique entièrement consacrée aux menus. Toutes les entreprises en alimentation verte sont invitées à nous envoyer leur nouveau menu afin d’y être publié.

Voici, pour commencer en beauté, le menu des plateau-repas des Petits Paniers de Vie pour la semaine prochaine, soit du 10 au 14 décembre 2012.

(Les plats en caractères gras ont déjà fait l’objet d’une publication dans Mangeons Vrai, cliquez sur le lien pour en savoir plus)

Lundi 10 décembre

Diner : Chili aux fèves mung accompagné d’un pâté aux pacanes et une salade de verdures avec sauce à l’italienne

Souper : Salade de chou fleur à l’indienne servie avec salade de carottes au poireau et craquelins à l’oignon

Mardi 11 décembre

Diner : Salade déesse verte au sarrasin germé avec chou frisé, servie avec kaki et salade de betteraves et pommes

Souper : Aspiche céleri-poireau servie avec salade parisienne et chips de légumes variés

aspiche-poireau-0004

Lire vos appréciations de L’Aspiche céléri-poireau

Mercredi 12 décembre

Diner : Salade couscous à l’amaranthe germé (korabi, yam, navet, mariné dans tomates etc), servie avec salade à la marocaine

Souper : Spaghetti de légumes sauce alfredo avec salade de fruits et craquelins aux olives

Jeudi 13 décembre

Diner : Salade à la russe, (légumes en cubes, cornichons, mayo de tournesol), choucroute maison et craquelins de seigle germé

Souper : Salade tabouleh, servie avec poivron farci au hummus et fruit frais

Vendredi 14 décembre

Diner : Salade de chou crémeuse, crac-croquettes (au tournesol, légumes), sauce au miel et à l’ail, chips de kale et rondelles d’oignon

Souper : Salade verte tourbillon de verdures et aux lentilles germées, tomate farcie au pâté de cajou et olives, fruits variés.

Aussi disponible entre le 10 et le 21 décembre 2012, le Repas de Noël vivant, pour toutes celles et ceux qui désirent une fête de bureau sans cholestérol :

Le « spécial Noël » comprend un pâté aux pacanes et champi servi avec confiture de canneberges, des « patates » en purée, des haricots verts amandines, une salade pomme et fenouil servie sur un nid d’aragula avec sauce orange et pavot, un verre de lait d’amande ainsi qu’un morceau de tarte aux pacanes pour dessert.

Pour en savoir plus, appeler Marie-Claude au 819 598-1370

Et, toujours en parlant de menu, pour celles et ceux qui ne l’auraient pas encore vu :

menu--belle-verte

Lire et imprimer le nouveau menu de la Belle Verte

Pizza-cruzza, bien habillée!

De retour au restaurant la Belle Verte, devant une très belle assiette, généreuse en verdures et garnie de quatre bonnes portions de pizza « bien habillée », comme son nom l’indique.

Ce plat ne laissera en reste ni les fins gourmets ni les amateurs de cuisine santé.

pizza-belleverte-1

 

Précisons-le tout de suite, il s’agit d’une pizza crue!

Attendez quelques secondes avant de faire la grimace. Vous vous êtes sans doute imaginé en train d’ingurgiter une pizza typique à l’état cru, c’est-à-dire avant qu’elle ne soit mise au four. Rien de très appétissant en effet. Je ne connais pas grand amateur de pizza (j’en suis un) qui, même affamé, se jetterait sur la préparation encore crue d’une pizza commerciale pour l’avaler goulûment. La pizza du lendemain, froide et non réchauffée, ça passe encore, mais de grâce pas crue!

D’accord. Maintenant oubliez tous vos points de références culinaires, et repartez à zéro, comme si vous alliez à la découverte de la cuisine exotique d’une île oubliée dans le Pacifique.

Tenez, juste pour se mettre dans un contexte de dépaysement, appelons ce plat une « cruzza », prononcez « croutzza » (parce que c’est servi sur une croûte et que « za, z’est vraiment bon! »).

La cruzza, c’est délicieusement frais et goûteux.

Imaginez :

La croûte, un lit délicatement assemblée de lin, tournesol et tomates séchées, est exceptionnellement fine et légèrement croustillante. Elle pourrait déjà se manger telle quelle en guise de craquelin. Ensuite vous appliquez soigneusement sur cette croûte à cruzza une tapenade de tomates séchées et un pesto de basilic frais (retenez-moi, pourquoi en ajouter plus?). Ensuite déposez la garniture, fraîche, tendre et crémeuse, un savoureux mélange de tomates, d’épinards, de champignons et d’avocats, le tout relevé d’origan et de basilic (vous commencez à avoir envie d’y goûter?). Ce n’est pas tout, elle ne s’appelle pas la « bien habillée » pour rien. Ajoutez la préparation à saveur fromagée à base de noix d’acajou, laquelle remplace très bien au goût le fromage conventionnel, préparation que vous parsemez d’oignons sucrés déshydratés, de croustilles de kale émietté et de petits morceaux de «végé-bacon» (aussi appelés « non-bacon bits »)

pizza-belleverte-2

Vous voyez le portrait gustatif? Rien avoir avec la pizza “all dressed” livrée à votre porte, dans ce cas-ci il s’agirait plutôt d’une sortie gastronomique “bien habillée”.

Invitation spéciale

Rendez-vous à la Belle Verte en bonne compagnie et prenez le temps de goûter à notre cruzza. Cette fois-ci, nous vous laissons la priorité, nous ne vous volerons pas les mots de la bouche, livrez-nous votre propre appréciation de la « Pizza bien habillée » et envoyez-nous la à mangeonsvraioutaouais@gmail.com

Le texte qui nous semblera le mieux décrire ce plat sera publié en complément du présent article et méritera à son auteur une invitation à participer à la prochaine séance d’appréciation de la cuisine du restaurant la Belle Verte!

Recette du spécial de la semaine : « Aspiche » céleri-poireau

Spécial Poireaux

À partir d’aujourd’hui, le distributeur de fruits et légumes bio Émile Péloquin annoncera un « spécial de la semaine ». Le légume ou fruit biologique sera choisi en fonction de sa grande qualité et fraicheur, et sera vendu à un prix exceptionnel durant la semaine. L’un ou l’une des chef-cuisiniers de Mangeons Vrai proposera une recette « verte » mettant en valeur le légume ou fruit en primeur, recette qui sera publiée le jeudi sur notre site. Vous pourrez aussi déguster le plat, tel que cuisiné et servi par notre chef, au mini marché bio le samedi matin au dépanneur Sylvestre (à partir de 10h, au 9 de la rue Fortier, à l’angle de Sherbrooke dans le secteur Hull de Gatineau).

aspiche-poireau-0001

Cette semaine, c’est ce noble légume à la tête blanche et au feuillage vert franc, issu d’une variété d’ail originaire du Moyen-Orient et d’Asie, qui est mis à l’honneur.

La culture du poireau s’est largement répandue dès l’antiquité dans tout le bassin méditerranéen, entre autres en Égypte et en Grèce, chez les Assyriens, les Hébreux et les romains. L’empereur Néron en aurait d’ailleurs consommé de grandes quantités dans le but d’entretenir ses cordes vocales, à tel point qu’on lui affubla le nom de « porrophage » (mangeur de poireau).

Désigné mesquinement « l’asperge du pauvre », notre légume s’avère pourtant être un véritable « Hercule Poireau » végétal, tant pour ses qualités culinaires et gastronomiques que pour ses vertus nutritionnelles et thérapeutiques. Riche en vitamines A, B6, B9 et C, en cuivre, manganèse et en fer, il est apprécié comme « aliment minceur », pour son effet antioxydant et pour aider à maintenir un bon taux de cholestérol. Il est enfin reconnu depuis longtemps pour ses vertus antiseptiques, diurétiques et expectorantes.

La morale de cette histoire, ne restez donc pas planté là comme un poireau, courrez vite vous en chercher, débusquez-le, et dégustez-le!

aspiche-poireau-0002

Notre agriculteur bio de la semaine

Les poireaux bio du spécial de la semaine proviennent du potager d’Emylou. Cette ferme d’agriculture maraîchère biologique, située dans le canton de Hatley, en Estrie au Québec, est certifiée par Ecocert Canada. N’hésitez pas à leur envoyer un signe d’appréciation au info@potageremylou.net, tout agriculteur aime recevoir des encouragements de la part de sa clientèle!

www.potageremylou.net

La recette des Petits Paniers de Vie

Marie-Claude, chef-cuisinière des Petits Paniers de Vie, une entreprise qui se spécialise en alimentation vivante, nous a concocté une recette unique : l’aspiche céleri-poireau

Ne cherchez pas le mot dans votre dictionnaire de cuisine, l’aspiche est un joyeux croisement entre la quiche et l’aspic de légumes, en version crue.

aspiche-poireau-0003

Instructions pour la croute tomatée :

  • Mettre dans le robot culinaire :
  • 1 tasse de flocons d’avoine
  • 1 tasse de tomates séchées
  • 1 tasse d’amande trempées durant 8 heures
  • une cuillère à thé de basilic
  • une pincée de sel de mer

Tout moudre et déposer le mélange dans un fond de moule à charnière de 10 pouces. Ajoutez environ 1\4 de tasse d’eau et bien mélanger. Avec une fourchette, aplatissez bien le mélange au fond du moule.

Mettez au déshydrateur pendant 4 heures, ou, si vous n’avez pas de déshydrateur, laisser sécher sur le comptoir pendant la nuit jusqu’à 12 heures . La croute sera évidemment plus humide si elle n’est pas déshydratée, mais sera tout aussi délicieuse.
Ensuite, prenez environ 1 tasse et demi d’olives kalamata coupées en morceaux et répandez-les également partout sur la croute.

 

Pour la préparation à l’agar agar :

  • 3 tasses de céleri coupé en morceaux
  • 3\4 de tasse de poireau frais coupé en petits morceaux
  • 1 cuil. à thé de basilic séché
  • 1\2 cuil. à thé d’ail en poudre
  • 1 tasse et demi d’eau
  • 5 cuillères à table d’agar agar (gélatine végétale)

Mettez tous les légumes et les assaisonnements dans le mélangeur et brassez le tout.

Faites chauffer l’eau doucement dans une petite casserole et ajoutez l’agar agar. Faites dissoudre lentement l’agar agar et remuez doucement avec une cuillère de bois. Attendez que l’eau commence à bouillir. Versez le mélange eau-agar dans le mélangeur et mélangez le rapidement aux légumes. Démarrez le mélangeur au ralenti et augmentez la vitesse jusqu’à l’obtention d’un mélange lisse. Verser ce mélange dans le moule sur le fond de tarte déshydraté avec les olives. Mettez le tout au frigo pour que le centre de la quiche « prenne ».

 

Pour la garniture :

  • 1 tasse et demi de noix d’acajou
  • 3\4 tasse de choucroute
  • 3 cuil. à table de jus de citron
  • 3 cuil. à table de levure alimentaire (facultatif)
  • 1\3 tasse d’huile de coco
  • sel et poivre au goût

Tout mettre au mélangeur et remuer jusqu’à consistance lisse.

Versez le mélange sur le dessus de l’aspiche en vous assurant au préalable que la préparation aux légumes est bien ferme.

Remettez au frigo et attendez que la garniture fige.

Lorsque le tout est prêt, sortez la quiche du moule à charnière et servez des pointes de l’aspiche avec une bonne salade-vinaigrette dans les assiettes de vos convives.

Vous pourrez servir de 4 à 6 gourmets-gourmands.

 

Voici les diverses appréciations que nous avons recueillies au sujet de l’Aspiche aux poireaux

 

Mmmm, est-ce que c’est sucré ou salé? Ça ressemble à un dessert, mais un fois qu’on sait que c’est un mets salé, c’est délicieux! Surprenant, mmm.
À la première bouchée, c’est doux….crémeux et fondant!

Ce qui est vraiment spécial, c’est que les saveurs sont étagées, une véritable aventure gustative… En tout premier, on goûte la croûte tomatée, légèrement sucrée, ensuite c’est la saveur fromagée de la garniture de noix d’acajou qui vient à nous, et puis, plusieurs secondes plus tard, le goût du poireau et du céleri remonte, avec une touche légèrement amère.

Un ensemble joyeux et frais, stimulant même!

C’est bon, vraiment moelleux, on sent le goût du poireau qui remonte après. Ça donne une impression de fraicheur et de saveur à la fois. J’aime!

Le goût sucré de la croute accompagne bien le côté légèrement amer du poireau cru.

C’est  vrai, on pourrait le qualifier de plat doux-amer, mais avec beaucoup de finesse, c’est délicieux!

Le sucré des tomates et la douceur de la sauce d’acajou se marient très bien avec les saveurs plus prononcées du céleri et du poireau. Les olives ajoutent une plénitude en bouche.

En termes musicaux, l’aspiche est une symphonie de saveurs subtiles, une gamme de goûts déclinés sur un fond d’harmonies de textures.
C’est différent, spécial, plein de saveurs.

C’est très bon, c’est fin, j’aime le mélange de saveurs.

Délicieux! C’est très original! j’aime le « fromage » qui est dessus!

Oh, la consistance est tout à fait originale. Je croyais que c’était un dessert d’abord, on n’a pas l’habitude de manger des mets de ce genre là, mais c’est vraiment bon! Je suis surprise!

Délicieux! Avec quoi on doit servir cela? Je veux faire goûter à mon mari.

Les roulés de collard à la Thaï

Une création originale de la Belle Verte, chatoyante pour les yeux et servie en guise d’entrée!

roulecollard-belleverte-1

les roulés de « collard » fourrés aux légumes frais proposent une version crue des roulés Thaï, lesquels sont communément servis en Thaïlande dans les petits étals de rue.

C’est quoi le collard?

Si vous aimez la verdure, genre feuille verte très foncée, vous serez servis avec le collard, cousin du kale, et descendant comme lui du chou sauvage. Traditionnellement, le collard se cuisine cuit.

Lorsqu’elle est consommée crue, la feuille de collard est ferme et a un goût prononcé de verdure, ce qui fait dire à certains qu’elle « goûte la santé ». De fait, le collard est reconnu pour ses vertus nutritives et thérapeutiques, contenant autant de calcium que son équivalent en fromage, très riche en fer, vitamines et fibres, recommandé pour ses propriétés antioxydantes, antivirales et antibactériennes, sans compter la réduction du taux de cholestérol et la prévention du cancer.

La cuisine de la Belle Verte s’est montrée audacieuse en substituant la traditionnelle feuille de riz des roulés aux légumes Thai par une feuille de collard. Autant la feuille de riz est neutre, cédant toute la place aux saveurs des aliments qu’elle enrobe, autant la feuille de collard affiche une  personnalité gustative beaucoup plus prononcée.

Cette exploration culinaire en vaut toutefois le détour, pour autant que l’on accepte de s’y aventurer avec un esprit neuf, sans attentes ni références à des recettes équivalentes.

Les amateurs de verdure franche seront ravis, le goût de la feuille de collard crue ressort dès la première bouchée.

Soulignons au passage l’habileté des doigts de fée culinaire qui ont réussi à rouler les légumes dans la feuille de collard avec autant de fermeté, ce qui confère beaucoup d’homogénéité à l’ensemble. Alors que de trop nombreux roulés sur le marché, déforcés par un assemblage mou, obligent les convives à récolter les composantes qui s’en échappent au moyen de leur seconde main.

Le roulé de collard de la Belle Verte reste ferme, autant sous les doigts, sous la fourchette, sous le couteau, qu’entre les dents.

L’inattendu se révèle par la suite, juste après avoir croqué la première bouchée, alors qu’une explosion de saveurs crée un contraste marqué avec le goût vert nature du collard. Le gourmet reconnaîtra le savant cocktail d’épices thaï, le gingembré se disputant avec le citronné sur fond de noix de coco. Le mélange de légumes est tout aussi gouteux en lui-même. Les oignons marinés se fondent avec les carottes râpées, tandis que le poivron, le concombre ainsi que les non-bacon-bits amènent pour leur part un léger croquant.

Pour relever le tout, comme si ce n’était pas assez, vous êtes invités à tremper le roulé dans une sauce Thaï pimentée dont le goût a été légèrement « arrondi » au moyen d’un peu de sirop d’agave.

roulecollard-belleverte-2

La conclusion de Mangeons Vrai : une entrée à ranger dans la section aventures culinaires pour fin gourmets et crudivores sans frontières! La Belle Verte marie joyeusement la douceur de l’alimentation verte aux feux d’artifices des saveurs du monde.

La soupe Dahl de la Belle Verte

Aux approches des froidures hivernales, quoi de plus réconfortant qu’une soupe chaude et bien consistante? Nous nous somme rendus au restaurant la Belle Verte et, à leur suggestion, nous avons commandé une soupe Dahl que nous avons lentement dégusté.

dahl-belle-verte-1

Cette soupe, comme son nom l’indique, s’inspire d’une recette végétarienne savoureuse à base de lentilles originaire du Nord de l’Inde.

Les Dahls (aussi écrits Dhal, Dal ou Daal), désignent une préparation typique de légumineuses dépouillées de leur écorce et cassées. Les Dahls font partie du repas végétarien indien traditionnel, fournissant les nutriments habituellement obtenus au travers de la consommation de produits d’origine animale. Dans la cuisine végétarienne, c’est en effet la combinaison de légumineuses et de céréales qui offre la principale source de protéines.

Les amateurs de cuisine indienne ne seront pas dépaysés avec le Dahl de la Belle Verte : même bouquet d’arômes et de saveurs.

Même si sa consistance est plus légère que celle d’un Dahl conventionnel, la soupe que l’on nous a servie s’est avérée parfaitement satisfaisante et nourrissante. Sa texture est plutôt veloutée, même onctueuse, et relevée de petits morceaux de carottes fondant sous la langue. Les saveurs marient la douceur et le « punch », avec le lait de coco et la coriandre comme demoiselles d’honneur, ainsi que le gingembre et le cari à titre d’invités marquants. La soupe automnale par excellence, à la fois réconfortante et stimulante.

dahl-belle-verte-2

Les craquelins, minces, fermes et croustillants, ont un goût indéfinissable de revenez-y, passant tantôt de la noix à une subtile préparation entre terre et mers, de la betterave aux algues. Ils sont fabriqués et déshydratés sur place par les cuistots de la Belle Verte.

Pour conclure, voici notre scénario-flash-aventure-culinaire : Si d’aventure vous êtes tombés en panne dans l’île de Hull en pleine tempête hivernale, que vous vous êtes gelés les mains à vouloir faire redémarrer votre véhicule (vous avez évidemment oublié vos mitaines), que votre téléphone, aussi intelligent soit-il et demandez-moi pas pourquoi, n’a jamais réussi à capter le signal, et que vous êtes encore une fois en retard au bureau, et que vous ne pouvez pas vous empêcher de vous écrier à tue-tête : « quelqu’un faîtes quelque chose sans quoi je mords le nez du premier venu, aussi rouge et gelé soit-il! », arrêtez tout là! Prenez une grande « respiration », descendez la rue Eddy ou remontez Papineau, et réfugiez vous à la Belle Verte. Puis offrez vous un bon Dahl, juste de quoi changer de perspective. Ça va mieux? Merci à l’atmosphère chaleureuse et à la cuisine réconfortante de l’équipe de la Belle Verte!