Archives du mot-clé crue

Aïe-aïe-aïe : Tarte aux trois étages de la Belle Verte!

Attention les ami-e-s, zone dangereuse, ne pas s’aventurer seul…

En fait, la tarte aux trois étages de la Belle Verte est un dessert qui a sans doute été conçu pour être partagé, …tant celui-ci est indescriptiblement mmmmh, et que ce serait un péché que de la garder juste pour soi!

tarte-3-etages1

Et c’est ce que nous avons fait, nous avons distribué des fourchettes à quelques personnes dans le restaurant de la Belle Verte, les invitant à nous donner leur appréciation.

Une cliente de longue date n’a pu s’empêcher de s’exclamer, les yeux ronds : Wow, …et encore wow!

Un homme, plus pragmatique : C’est réussi, assez exceptionnel même!

Une autre cliente : Une explosion de saveurs …du plaisir à l’état pur!

Et nous ne pouvons que leur donner raison, le genre de douceur que les amateurs de sucré dégusteront voluptueusement, à petites bouchées, ou encore qui se consomme à deux, en amoureux.

Même partagée en quatre, la pointe de tarte crue aux trois étages laisse une impression durable et ne se fera pas oublier de sitôt. Difficile de concevoir qu’il soit possible d’élaborer un dessert aussi raffiné sans passer par des étapes de cuisson, et pourtant le défi a été relevé haut la main.

Une visite détaillée s’impose :

Au rez-de-chaussée, une fine croûte aux amandes et noix de coco vous accueille les bras ouverts.

Montée au premier étage : une préparation « fromagée » faite à partir de noix d’acajou sur saveur de citron et de noix de coco vous emporte immanquablement…

…à l’étage suivant : Crème de noix d’acajou onctueuse à la framboise

Cela ne s’arrête pas là, l’ascension continue, troisième étage : ganache au chocolat cru (cacao cru, beurre de coco et sirop d’érable), le tout recouvert d’un coulis de framboise.

tarte-3-etages

Aïe-aïe-aïe les ami-e-s, un petit avant-goût du 7ème ciel, pour toutes celles et ceux qui ont de la difficulté à combattre la morosité de l’hiver et qui n’ont pas de quoi se payer un voyage aux îles tropicales!

Avertissement : qu’on ne s’y trompe pas, ce dessert a beau être « santé », étant assemblé avec des ingrédients de première qualité, sans gras saturés, sans produits animaux ni sucres raffinés, il n’a rien à envier aux desserts classiques : c’est très sucré au goût! (Les hypoglycémiques et diabétiques feront mieux de s’abstenir.)

Publicités

Recette : salade de chou-fleur a l’indienne

Cette semaine, ce sont les choux-fleurs de la ferme Foxy en Californie que le distributeur de fruits et légumes bio Émile Peloquin met en spécial. Marie-Claude, des Petits Paniers de Vie, nous a préparé un portrait de ce légume et vous propose une recette de salade de chou-fleur à l’indienne que vous pourrez venir déguster ce samedi matin au dépanneur Sylvestre (à partir de 10h, au 9 de la rue Fortier, à l’angle de Sherbrooke dans le secteur Hull de Gatineau).

Spécial de la semaine : le chou-fleur

recette-choufleur

Le chou-fleur est un légume de la famille des crucifères. Il s’agit d’une variété du chou commun, issue de plusieurs générations de sélection. Contrairement à ce qu’indique son nom, le chou-fleur n’est pas un légume fleur comme le brocoli par exemple. Il est plutôt un méristème, c’est à dire un organe pré-floral, qui, si on le laisse continuer sa croissance, finit par porter des tiges florales avec des fleurs jaunes ou blanches qui à la longue deviendront des graines.

Ce légume magnifique, mieux connu dans sa robe de mariée toute blanche, se pare parfois coquettement de couleurs pastel comme le violet, le vert tendre et l’orangé. Loin d’être tout simplement beau, il est aussi bon. On dit que le chou-fleur pourrait remporter haut-la-main la palme du légume-minceur. Hé oui, les ami-e-s! Effectivement, comme il est rempli de fibres, il a la vertu de provoquer rapidement un sentiment de satiété, calmant la faim à peu de frais calorique. Sa composition en fait un excellent stimulateur du transit intestinal. Très riche en vitamine C, et dans une moindre mesure en vitamines B, il contient une dose importante de magnésium, de calcium ainsi que de potassium. De plus, il s’ avère, avec tous les autres membres de la famille des crucifères, être un allié alimentaire important pour prévenir le cancer. Toutes ces bonnes nouvelles nous sembleraient suffisantes pour nous séduire… mais il y a plus! Tenez-vous bien, son nom en espagnol est coliflor et en italien, c’est cavolfiore! Mama mia que c’est joli! On dirait le nom d’un opéra! Sur un ton un peu plus sérieux, je vous dirai que le cavolfiore (prononcez avec un accent italien prononcé!) est originaire du proche-Orient et que les romains et les grecs de l’Antiquité l’appréciaient comme hôte à leur table. Il a fallu attendre le XVI siècle pour que la France le connusse aussi grâce aux marins génois. Olivier de Serres, grand agronome, l’évoque dans son « Traité de l’agriculture » publié en 1600 parmi les productions de culture peu aisée. Au milieu du XVIIe siècle, La Quintinie, agronome et potager du Roi Soleil, fait venir des graines de Chypre pour pouvoir le cultiver. Louis XIV le déguste avec une sauce au beurre avec muscade. Quelle raffiné ce Loulou! Le règne de Louis XV qui en était friand voit l’apparition de certaines préparations à base de chou-fleur qu’on appelle « à la du Barry » : du nom de l’une de ses favorites.

Ce légume est alors de plus en plus cultivé, et très populaire. Dès la fin du XIXe siècle, près de vingt variétés de choux-fleurs sont produites en France.

Pour terminer, voici une citation assez sérieuse pour être mentionnée ici : « Le chou-fleur est un légume potager à peu près aussi gros et aussi réfléchi que la cervelle d’un homme. » Cette citation plus profonde qu’elle ne paraît à priori est de Ambrose Gwinnett Bierce. Je vous invite donc à le faire mentir, à inviter ce légume à votre table, et à le déguster avec reconnaissance et plaisir! Bon appétit!

Salade de chou-fleur à l’indienne

1 chou-fleur coupé en petits bouquets
1 sac de 500 grammes de pois verts bio congelés
1 céleri râpé a la mandoline

Tout mettre dans un grand bol et préparer la sauce suivante :

1 tasse de noix d’acajou
Jus de 2 citrons frais
1 /4 d’oignon rouge
1/3 de tasse de vinaigre umeboshi
2 cuil. a table de poudre de cari
Une mini pincée de poudre de chipotle
1/2 tasse d’eau ou plus selon la consistance désirée

Mélangez tout afin d’obtenir une belle crème bien gouteuse. Nappez les choux-fleurs et laissez mariner quelques heures avant de servir.

Recette du spécial de la semaine : « Aspiche » céleri-poireau

Spécial Poireaux

À partir d’aujourd’hui, le distributeur de fruits et légumes bio Émile Péloquin annoncera un « spécial de la semaine ». Le légume ou fruit biologique sera choisi en fonction de sa grande qualité et fraicheur, et sera vendu à un prix exceptionnel durant la semaine. L’un ou l’une des chef-cuisiniers de Mangeons Vrai proposera une recette « verte » mettant en valeur le légume ou fruit en primeur, recette qui sera publiée le jeudi sur notre site. Vous pourrez aussi déguster le plat, tel que cuisiné et servi par notre chef, au mini marché bio le samedi matin au dépanneur Sylvestre (à partir de 10h, au 9 de la rue Fortier, à l’angle de Sherbrooke dans le secteur Hull de Gatineau).

aspiche-poireau-0001

Cette semaine, c’est ce noble légume à la tête blanche et au feuillage vert franc, issu d’une variété d’ail originaire du Moyen-Orient et d’Asie, qui est mis à l’honneur.

La culture du poireau s’est largement répandue dès l’antiquité dans tout le bassin méditerranéen, entre autres en Égypte et en Grèce, chez les Assyriens, les Hébreux et les romains. L’empereur Néron en aurait d’ailleurs consommé de grandes quantités dans le but d’entretenir ses cordes vocales, à tel point qu’on lui affubla le nom de « porrophage » (mangeur de poireau).

Désigné mesquinement « l’asperge du pauvre », notre légume s’avère pourtant être un véritable « Hercule Poireau » végétal, tant pour ses qualités culinaires et gastronomiques que pour ses vertus nutritionnelles et thérapeutiques. Riche en vitamines A, B6, B9 et C, en cuivre, manganèse et en fer, il est apprécié comme « aliment minceur », pour son effet antioxydant et pour aider à maintenir un bon taux de cholestérol. Il est enfin reconnu depuis longtemps pour ses vertus antiseptiques, diurétiques et expectorantes.

La morale de cette histoire, ne restez donc pas planté là comme un poireau, courrez vite vous en chercher, débusquez-le, et dégustez-le!

aspiche-poireau-0002

Notre agriculteur bio de la semaine

Les poireaux bio du spécial de la semaine proviennent du potager d’Emylou. Cette ferme d’agriculture maraîchère biologique, située dans le canton de Hatley, en Estrie au Québec, est certifiée par Ecocert Canada. N’hésitez pas à leur envoyer un signe d’appréciation au info@potageremylou.net, tout agriculteur aime recevoir des encouragements de la part de sa clientèle!

www.potageremylou.net

La recette des Petits Paniers de Vie

Marie-Claude, chef-cuisinière des Petits Paniers de Vie, une entreprise qui se spécialise en alimentation vivante, nous a concocté une recette unique : l’aspiche céleri-poireau

Ne cherchez pas le mot dans votre dictionnaire de cuisine, l’aspiche est un joyeux croisement entre la quiche et l’aspic de légumes, en version crue.

aspiche-poireau-0003

Instructions pour la croute tomatée :

  • Mettre dans le robot culinaire :
  • 1 tasse de flocons d’avoine
  • 1 tasse de tomates séchées
  • 1 tasse d’amande trempées durant 8 heures
  • une cuillère à thé de basilic
  • une pincée de sel de mer

Tout moudre et déposer le mélange dans un fond de moule à charnière de 10 pouces. Ajoutez environ 1\4 de tasse d’eau et bien mélanger. Avec une fourchette, aplatissez bien le mélange au fond du moule.

Mettez au déshydrateur pendant 4 heures, ou, si vous n’avez pas de déshydrateur, laisser sécher sur le comptoir pendant la nuit jusqu’à 12 heures . La croute sera évidemment plus humide si elle n’est pas déshydratée, mais sera tout aussi délicieuse.
Ensuite, prenez environ 1 tasse et demi d’olives kalamata coupées en morceaux et répandez-les également partout sur la croute.

 

Pour la préparation à l’agar agar :

  • 3 tasses de céleri coupé en morceaux
  • 3\4 de tasse de poireau frais coupé en petits morceaux
  • 1 cuil. à thé de basilic séché
  • 1\2 cuil. à thé d’ail en poudre
  • 1 tasse et demi d’eau
  • 5 cuillères à table d’agar agar (gélatine végétale)

Mettez tous les légumes et les assaisonnements dans le mélangeur et brassez le tout.

Faites chauffer l’eau doucement dans une petite casserole et ajoutez l’agar agar. Faites dissoudre lentement l’agar agar et remuez doucement avec une cuillère de bois. Attendez que l’eau commence à bouillir. Versez le mélange eau-agar dans le mélangeur et mélangez le rapidement aux légumes. Démarrez le mélangeur au ralenti et augmentez la vitesse jusqu’à l’obtention d’un mélange lisse. Verser ce mélange dans le moule sur le fond de tarte déshydraté avec les olives. Mettez le tout au frigo pour que le centre de la quiche « prenne ».

 

Pour la garniture :

  • 1 tasse et demi de noix d’acajou
  • 3\4 tasse de choucroute
  • 3 cuil. à table de jus de citron
  • 3 cuil. à table de levure alimentaire (facultatif)
  • 1\3 tasse d’huile de coco
  • sel et poivre au goût

Tout mettre au mélangeur et remuer jusqu’à consistance lisse.

Versez le mélange sur le dessus de l’aspiche en vous assurant au préalable que la préparation aux légumes est bien ferme.

Remettez au frigo et attendez que la garniture fige.

Lorsque le tout est prêt, sortez la quiche du moule à charnière et servez des pointes de l’aspiche avec une bonne salade-vinaigrette dans les assiettes de vos convives.

Vous pourrez servir de 4 à 6 gourmets-gourmands.

 

Voici les diverses appréciations que nous avons recueillies au sujet de l’Aspiche aux poireaux

 

Mmmm, est-ce que c’est sucré ou salé? Ça ressemble à un dessert, mais un fois qu’on sait que c’est un mets salé, c’est délicieux! Surprenant, mmm.
À la première bouchée, c’est doux….crémeux et fondant!

Ce qui est vraiment spécial, c’est que les saveurs sont étagées, une véritable aventure gustative… En tout premier, on goûte la croûte tomatée, légèrement sucrée, ensuite c’est la saveur fromagée de la garniture de noix d’acajou qui vient à nous, et puis, plusieurs secondes plus tard, le goût du poireau et du céleri remonte, avec une touche légèrement amère.

Un ensemble joyeux et frais, stimulant même!

C’est bon, vraiment moelleux, on sent le goût du poireau qui remonte après. Ça donne une impression de fraicheur et de saveur à la fois. J’aime!

Le goût sucré de la croute accompagne bien le côté légèrement amer du poireau cru.

C’est  vrai, on pourrait le qualifier de plat doux-amer, mais avec beaucoup de finesse, c’est délicieux!

Le sucré des tomates et la douceur de la sauce d’acajou se marient très bien avec les saveurs plus prononcées du céleri et du poireau. Les olives ajoutent une plénitude en bouche.

En termes musicaux, l’aspiche est une symphonie de saveurs subtiles, une gamme de goûts déclinés sur un fond d’harmonies de textures.
C’est différent, spécial, plein de saveurs.

C’est très bon, c’est fin, j’aime le mélange de saveurs.

Délicieux! C’est très original! j’aime le « fromage » qui est dessus!

Oh, la consistance est tout à fait originale. Je croyais que c’était un dessert d’abord, on n’a pas l’habitude de manger des mets de ce genre là, mais c’est vraiment bon! Je suis surprise!

Délicieux! Avec quoi on doit servir cela? Je veux faire goûter à mon mari.