Zarko et le Rucher Api

Visite chez Zarko Lovranovic, l’apiculteur du Rucher Api

DSC_0087-c_thumb[2]

Vous êtes arrivé chez Zarko, lorsque vous voyez la jolie maison de contes de fées. C’est une charmante maisonnette au toit jaune et aux murs roses Il y a deux entrées et beaucoup de place pour se stationner. Je frappe à la porte et aussitôt Zarko m’accueille chaleureusement et il m’offre un siège dans son salon. Il se dépêche vers la cuisine et prépare un café turque avec du café d’ici…c’est lui qui fait la nuance, ce n’est pas tout à fait pareil, mais bon, c’est satisfaisant me dit-il.

Personnellement, je ne bois jamais de café (système nerveux oblige), mais la tasse est si petite que ça sera certainement anodin… Zarko me propose une bonne dose de miel (son miel) pour rendre le tout délicieux. Effectivement, ça se boit très bien. Ainsi commence notre petite entrevue chez Zarko.

Ou commencer? L’histoire de Zarko est intimement liée à l’apiculture. Il est né en Yougoslavie, au moment ou le pays en était un.

DSC_0213_thumb[7]

La Yougoslavie natale de Zarko

Sa mère élevait des abeilles de manière artisanale. Elle tressait des cônes de paille qu’elle recouvrait de boue et qui séchait. À l’intérieur, les abeilles construisaient leurs alvéoles, et la communauté s’élaborait ainsi. C’était pour elle une manière d’offrir de la douceur à sa famille et d’en tirer probablement un petit revenu.

DSC_0209_thumb[1]

Zarko et sa mère dans leur pays

Tout enfant déjà, Zarko adorait le miel, mais il avait très peur des abeilles puisqu’il était allergique à leurs piqûres. Sa mère décède très jeune et le père de Zarko prend la relève des abeilles par amour pour sa mère. Il décide cependant d’opter pour des pratiques plus modernes et il ajoute des ruches à son rucher. Le père de Zarko transmet à son gendre (le beau-frère de Zarko) tout ce qu’il a appris et le pousse à entretenir le rucher. Ainsi, le beau-frère de Zarko devient une sommité dans le monde de l’apiculture dans son pays.

Lorsque le père de Zarko meurt à son tour, le beau-frère décide d’encourager Zarko a reprendre les ruches et à son tour de s’occuper des abeilles. C’est son héritage familial lui dit-il. Il le soutien tant qu’il le peut au début. Au même moment, la guerre éclate, les familles sont divisées, Zarko se retrouve isolé avec sa femme et ses enfants, sans ressources extérieures et soutien pour ses abeilles. Zarko devient très malade,il fait une crise cardiaque très grave. Peu de temps après, par chance, en 1996, le Québec lui ouvre les portes et il arrive avec sa famille comme réfugié. Il se rappelle qu’il n’avait rien en arrivant, même pas la langue pour s’exprimer. Oh, me dit-il, en fait, je suis arrivé avec une seule chose… une dette de 5000$ envers le gouvernement canadien. J’ajouterai qu’il n’a pas mentionné qu’il emmenait avec lui, un courage immense aussi, comme celui que doivent amener avec eux les réfugiés et autres immigrants.

DSC_0211_thumb[1]

Zarko et sa femme Samia

Mais disons tout de suite que cette histoire-ci se termine bien. Zarko se souvient très bien de leur première nuit à Hull, à l’hôtel Montcalm. Sa fille avait 7 ans et son fils en avait 5. Dès son arrivé au pays, il a du être opéré d’urgence pour le cœur. S’en suit une autre période difficile pour lui et les siens. L’immigration est toujours difficile me confie-t-il. Sa femme Samia qui était ingénieure civile dans son pays, au début, n’arrive qu’à se trouver un poste d’aide-technicienne. Lui, malade et avec comme unique ressource, son courage et sa famille immédiate, se trouve quelques ruches et se met à faire du miel.

Toujours est-il que si Zarko avait pratiqué l’apiculture en dilettante dans son pays d’origine, ici, sans mentor, mais avec ce qu’il avait acquis grâce à son héritage familial et à ses lectures, il fait croître son entreprise et aujourd’hui il a 200 ruches.

Il répète souvent durant notre conversation que s’il n’y avait pas eu les abeilles, il n’aurait jamais survécu. Il répète que les abeilles lui ont rendu la santé. De toute évidence, il n’est plus allergique aux piqûres des abeilles. Il pratique pour lui-même l’apithérapie. Il m’invite à fouiller sur internet pour m’informer.

Effectivement, le Dr Yves Donadieu, diplômé de la faculté de médecine de Paris donne de nombreuses applications pour les produits des abeilles et la santé.

Zarko continue son histoire, au début, alors qu’ils étaient installés à Val Tétreau, il voyageait pour visiter ses ruches. Depuis 6 ans,ils ont fait l’acquisition de leur charmante maison. Sur le même terrain se trouve la miellerie et ses ruches. Il se considère comme un homme à tout faire, il répare et rénove lui-même sa propre maison à sa façon. Il est devenu le maître artisan du miel, des chandelles, du pollen, de l’hydromel, et j’en passe. Maintenant, c’est au tour de son fils étudiant et de son gendre qui est infirmier d’apprendre de lui.

Lorsque je lui demande quel est son secret de réussite alors qu’il est ici que depuis 16 ans, il me répond qu’il a pris toutes les chances que la vie lui a offertes. On sent qu’il a de la gratitude pour les chances qu’il a eu et qu’il est fier de son entreprise. Le travail acharné est pour lui une valeur sûre. De toutes évidences, cela lui à bien réussi!

L’apiculture est entourée d’une aura spéciale, dans les vieux pays on dit que les apiculteurs savent parler à leurs abeilles et que lorsque l’apiculteur meurt, les abeilles quittent la ruche. Mais pour Zarko, il n’y a pas de mystique, c’est le travail constant et le soin passionné qui compte. La magie vient des efforts et du travail quotidien. Si il y a une magie, c’est le fait que les abeilles lui permettent de trouver une paix intérieure dans son quotidien.

Il fait froid dehors, aux alentours de zéro. Zarko me fait faire le tour du terrain. Toutes les ruches sont soigneusement protégées pour l’hiver. Je lui demande si les abeilles hibernent l’hiver et il me répond que non. En fait, il a amené avec lui un tuyau de plastique qu’il insère doucement dans la ruche et il met l’autre bout dans son oreille! Son sourire s’élargit à mon expression de surprise. C’était pour ausculter l’intérieur de la ruche! Il me passe le bout du boyau pour que j’écoute à mon tour le bourdonnement à l’intérieur de la ruche.

DSC_0095-cc_thumb[2]

Auscultation des ruches

Contrairement aux habitudes générales d’ici, Zarko préfère laisser le miel dans les ruches pour que ses abeilles puissent survivre aux rigueurs de l’hiver. Chaque ruche a besoin entre 25 et 30 kilos de miel pour passer l’hiver. Certains apiculteurs préfèrent vendre ce miel et se racheter des reines et des abeilles par la poste….J’avoue que ça me fait chaud au cœur d’entendre que Zarko traite bien ses ouvrières.

Cet apiculteur passionné ne tarit pas d’histoires sur les ruches et les abeilles. La plupart de ses histoires vont dans le sens de la citation que l’on attribue à Einstein : « Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre ans à vivre. »

Zarko insiste que lorsque les abeilles sont saines, la terre est saine, mais lorsqu’elles sont malades, c’est que la terre et la société est malade. Je ne trouve pas cela difficile à croire. Les abeilles, les petites ouvrières souvent mal aimées, sont de précieuses alliées de l’humain. Cela, Zarko le sait. Il dit avec son accent slave qu’il résiste et qu’il survit et que c’est grâce à elles.

Sa nouvelle passion, c’est le verger qu’il a commencé il y a 5 ans. Il y a des pommiers partout, des groseilles, des gadelles, des raisins et même un kiwi nordique. Ses abeilles s’en donnent à cœur joie! Il me fait visiter la miellerie, l’endroit ou il extrait le miel des rayons. Il me montre les moules pour faire les chandelles, les gros blocs de cire jaune et odorantes qui attendent la transformation ultime, les énormes ballons de verre remplis d’hydromel, et même il me montre son fumoir. Les saucissons impressionnants qui pendent du plafond au-dessus d’un poêle me font un peu sursauter! Il est un véritable artisan dépositaire d’une tradition millénaire et d’immenses connaissances pratiques.

Les produits du Rucher Api

Vous pouvez vous procurer les produits de Zarko soit chez lui ou au MSRO et régulièrement au dépanneur Sylvestre.

 

Chez Zarko, les gens peuvent amener leurs contenants pour avoir du miel à meilleur prix.

DSC_0122-c_thumb[2]

La petite boutique du rucher Api

Les chandelles à la cire d’abeille sont très jolies. Il y en a de toutes les tailles, de toutes les formes. L’odeur caractéristique de la cire d’abeille est omniprésente dans l’atelier de Zarko. La cire autrefois avait de nombreuses fonctions. On s’en servait par exemple pour boucher les bouteilles de vin ou pour sceller des lettres. Les chandelles faites de paraffine laissent un résidu toxique (du pétrole) dans l’air ambiant, alors que la cire d’abeille n’est pas nocive.

DSC_0146-c_thumb[12]

Chandelles de cire d’abeille

Lorsqu’on dit à Zarko que certains végétaliens se passent des produits de la ruche par conviction, il rit et il répond qu’ils se trompent! Il dit qu’au fond, c’est surtout de la cire d’abeille dont ils devraient se passer, puisque c’est vraiment la cire qui est authentiquement et entièrement produite par les abeilles.

Les abeilles sécrètent, grâce à leurs organes, la cire par petites plaques.

Pour ce qui est du miel, les abeilles suce le nectar des fleurs et y ajoutent des enzymes qu’elles sécrètent pour fabriquer le miel. Le miel est un produit à l’origine végétal qui est transformé par les abeilles, elles y ont donc mis leur grain de sel (si on peut dire)!

DSC_0124-c

La propolis est 100% un produit fait par mère nature. Les abeilles la ramasse et la ramène à la ruche. C’est un antiseptique et un antibiotique naturel. On utilise régulièrement la propolis dans les pastilles pour le mal de gorge. Donc, les petites ouvrières du bon Dieu ont récolté la propolis mais elles ne l’ont pas transformée.

DSC_0161-c

Propolis

Le pollen vient des fleurs. Le pollen « amélioré » est transformé par les abeilles. C’est un pollen que l’on retrouve à l’intérieur des ruches. C’est celui qui est déposé dans les alvéoles et auquel les abeilles ont ajouté des enzymes spéciales. C’est le pollen prisé en apithérapie. Mais généralement, le pollen qui est vendu est la pure partie mâle des fleurs qui est récolté en dehors des alvéoles. C’est le pollen sec. Une abeille va butiner jusqu’à 2000 fleurs pour faire un grain de pollen. C’est incroyable tout le travail que la vie a mis dans un pot de pollen! Toutes ces abeilles, toutes ces fleurs, tous ces voyages, tout ce soin! J’en suis abasourdie. Chaque abeille amène deux grains de pollen, un de chaque côté pour équilibrer son vol pendant son voyage. On peut savoir quelles fleurs les abeilles vont butiner en observant le pollen.

DSC_016-c

La gelée royale est l’aliment des reines. C’est le seul élément qui peut régénérer la cellule humaine. C’est aux dires de Zarko, un aliment magnifique et incroyable!

La reine est à la base un œuf comme les autres. Donc la reine et l’ouvrière sont les mêmes à la base. Sauf que la reine est nourrie uniquement de gelée royale, ce qui fait qu’elle peut vivre jusqu’à 4 ans, tandis qu’une ouvrière vit 25 jours en saison dehors. De plus la reine pond les œufs qui feront les membres de la communauté. La gelée royale est donc un aliment royal. Il vaut son pesant d’or!

L’élixir est un mélange de miel, de pollen, de propolis et de gelée royale. Zarko propose d’en prendre une cuillerée par jour comme supplément extraordinaire pour la santé. C’est un mélange unique qui renforce le système immunitaire et qui est une vraie nourriture remplie de protéines, d’enzymes, de minéraux, d’éléments nutritifs fantastiques, d’éléments antibiotiques et antiseptiques dit-il avec beaucoup d’emphase.

DSC_0199-c

Elixir et hydromel du Rucher Api

Le miel est le seul aliment que l’on mentionne dans tous les livres sacrés. C’est bien la preuve que c’est un aliment tout à fait unique nous dit Zarko avec certitude. Il est le fruit du patient labeur des fleurs produisant leur nectar et du voyage des abeilles qui le ramène goutte à goutte et le transforme en y mettant du leur.

DSC_0171-c

Les miels de Zarko

Si les gens prenaient le temps de goûter au vrai miel, ils découvriraient des merveilles insoupçonnées. C’est un aliment, lorsqu’il est inaltéré (c’est à dire non pasteurisé), qui devrait être sur toutes nos tables.

L’hydromel est un breuvage fait uniquement de miel et d’eau. La fermentation en fait un produit alcoolisé, comme du vin. Zarko produit un hydromel divin! J’y crois lorsqu’on me dit que c’est le breuvage des rois.

DSC_0027-cc

Zarko montre la médaille d’excellence qu’il a gagné pour son hydromel

Toujours selon notre apiculteur, un verre d’hydromel serait excellent pour la santé au quotidien. Je n’en sais rien, mais j’avoue que c’est si bon que même une lacordaire comme moi-même pourrait être tentée de s’y mettre! On dit que l’hydromel est la première boisson alcoolisée fabriquée par l’homme. Apparemment, les premières traces de production d’hydromel remontent à 7000 ans avant JC en Chine. Toujours est-il que celle-ci est une recette tout à fait réussie!

DSC_0226-c

La joie de vivre de Zarko

Selon Zarko, il y a probablement beaucoup de falsification du miel sur le marché. Il nous suggère de demander aux apiculteurs de qui nous achetons notre miel si nous pouvons voir leurs ruches. En tout cas, pas de doutes pour le miel de Zarko, les ruches bourdonnent de vie même en hiver!

Je vous souhaite à tous bonne découverte des produits de la ruche!

Marie-Claude

DSC_0261

Zarko devant ses produits de la ruche au mini-marché du dépanneur Sylvestre

Visitez le Rucher au 1895, route du Carrefour, Val-des-Monts !
Vente sur place tous les jours (le samedi et le dimanche de 10 à 16h).

Zarko Lovrenovic et Sanja Tokmacic
819-671-9037

Il est possible de se procurer les produits du Rucher Api sur le site de vente en ligne du Marché de solidarité régionale de l’Outaouais (MSRO)

http://www.marcheoutaouais.com/

Publicités

4 réflexions au sujet de « Zarko et le Rucher Api »

  1. Neboysha Markovich

    Zarko is recognized man in our ex Yugoslawian community , and thanks God we have such man here , he tought me so much about honey and life of the bees , and saved me with his product from illness that put me on my knees , i thank him forever , Neboysha

    Répondre
  2. Stéphan Sauvé

    Wow, une belle générosité qui émane de cet article. Celle de Zarko et celle de l’auteur(e).

    Votre article est un beau témoignage de cet homme généreux…ce prince des abeilles en terre outaouaise…

    Merci encore.

    Répondre
  3. Rock Gagnon

    Est-ce que vous vendez des ruches également ? Je voudrais débuter l’acepiculture avec une ruche seulement. J’adore les abeilles aussi et elles surtout importantes pour l’environnement.

    Gatineau parle de pouvoir autoriser les ruches en ville.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s